Concert de soutien au ZINOR, le 26 décembre 2017

Présentation du ZINOR :

Le ZINOR est un pôle d’expression culturelle et artistique situé à Montaigu (85). Il est l’un des lieux alternatifs les plus connu du nord vendée, proposant une salle de concert de 200 places, ainsi que des locaux de répétitions et de réunions. Le collectif ICROACOA regroupe 25 associations et gère le lieu depuis 2012.

Le mardi 26 décembre, lendemain de noël, comme beaucoup d’étudiant-e-s en ses jours de fêtes, les révisions scandent mon temps. Alors que je travaillais mes cours de socio, je me décide à regarder les concerts auxquels je pourrais aller dans la semaine. J’ai vu:

Concert de soutien au ZINOR, avec Guérilla Poubelle, Heavy Heart et Nobody’s Fault, à Montaigu (85).

Après un coup d’œil sur la météo, j’ai réuni quelques affaires dans un sac et suis parti faire du stop pour éviter la pluie qui s’annonçaient dans la soirée (ils annonçaient même une tempête). J’avais eu connaissance de cette date par l’un des musiciens d’Heavy Heart quelques semaines plus tôt. Je fus d’abord surpris du choix de la date en me disant « qui va aller à un concert le lendemain de noël ? ». Le jour venu, j’ai compris : semaine de merde, noël de merde, partiels de merde … J’avais besoin de me changer les idées et je suis allé au pogoter un coup.

Vers 20h40, j’arrive au concert. La salle était pleine. J’étais surpris de voir autant de monde malgré la pluie dantesque. J’ai péniblement tenté d’avancer vers la scène mais n’ai pas réussi à voir les artistes. Après quelques minutes, je décidais d’aller fumer une clope. Le ZINOR comporte un grand coin fumeur, joliment aménagé de palettes et d’un canapé. Je me suis assis sur une palette.

En apprenti-sociologue, j’ai observé les gens présents et me sont apparu quatre constats. À ce coin fumeur du coin là du monde, ce jour là, on trouvait assez peu de femmes. Cette sous-représentation était évidente et j’ai ressenti le besoin de la quantifier (3 femmes pour 11 hommes pendant le 1er concert // 7 femmes pour 51 hommes pendant la pause entre le premier et le second groupe. N’étaient pas présent de racisé-e-s : on était qu’entre blancs. Et on était quasiment qu’entre blanc jeunes. A vu d’œil, les âges s’étalaient entre 17 et 30 ans. Quelques quarantenaires étaient présents, notamment chez les organisateurs. Enfin, on pouvait repérer quelques looks affirmés, mais assez peu (3 hommes appartenant au même groupe1). On percevait sur les vêtements des personnes présentes des influences diverses, mélangés sur eux ce soir là. Une majorité de look casual  améloirés (jeans baskets), pas de punks destroy ou de t-shirts pochoir.

 

Autour d’un pétard, j’ai trouvé un punk des origines, from muscadet (pas dans le vin, dans la région). C’était le plus vieux (il m’a dit 48 ans) et le seul de plus de 30 ans du groupe d’ami-e-s. Il était aussi le plus looké. De taille fine, il portait un pantalon de teinte tartan et une veste en cuir. Un homme plus jeune me l’a présenté en me disant « moi je peux pas te parler du punk, c’est à lui que tu dois parler« . C’était un peu gênant comme présentation, mais j’ai rattrapé le coup en lui parlant des badges qui recouvraient ses deux revers manteau « il y a de l’histoire sur ton cuir » (ressources sures, qui me place dans l’interaction comme un gentil !!) . Il en avait une quinzaine. Des trucs antifa // psychobilly (STR8 Cats) // punk 77’s (The Addicts/ Clash). On a parlé de musique, des années 80 et de ce que ça peut être de vivre punk, pendant 5 min. Pour lui, le punk c’est la musique et il est mort depuis qu’il est commercial. Pour autant, avec son look et sa crête, il avait l’air de vivre le punk. Au fil de l’interaction, on a refait le sens que le punk donnait aux badges qu’il portait et m’a dit « ça fait 20ans que j’attends que quelqu’un comprenne ce que je veux dire, eux ils comprennent rien (en parlant de ses potes) ». L’expression était sûrement exagérée, mais elle fut là. Nos subjectivités se sont rencontrées autour d’un truc qui nous a marqué tous les deux et sur lequel, dans l’interaction, on s’est accordé. On peut d’ailleurs se rendre compte de l’intérêt que portent ses autres potes à cette histoire en constatant qu’ils ne sont pas resté à nous écouter ; et sont parti dès qu’à commencé le concert d’Heavy Heart. Ça montre aussi la difficulté d’être punk et de le rester, c’est à dire accepter de vivre pour un truc alors que les autres, au mieux, s’en foutent ; et que l’on y gagne apparemment  rien.

Il m’a dit « je suis devenu punk pour faire chier mes parents. Ils ont plein de frics ça me dégoutte« . Comme j’étais bourré (et un peu punk, ou en tout cas un peu trop honnête), je lui ai dit « c’est pas si mal d’avoir du fric, on peut en faire ce que l’on veut ». J’ai essayer de creuser « Qu’est ce qui te dégoutte dans le fait d’être friqué ? Mais j’aurais pas dû rentrer là dedans … J’ai voulu me rattraper en parlant d’autre chose « Vous étiez pas une bande de punks ? » mais rien, j’ai brisé l’interaction. Il avait d’un coup l’air triste et bourré. Je n’ai dès lors plus eu d’informations ; et en plus je me sentais mal d’avoir pu le blesser en disant ça. Il m’a dit qu’il partait pisser, je suis parti aussi, chercher dans le pogo une épaule pour me réconforter

C’est finalement en me rendant à l’infokiosque que j’ai pu consommer du réconfort, trouvant un jeu de cartes réalisé par le groupe Justin(e) et un patch qui représentait pour moi cette soirée (voir ci-contre) … Ce stand était tenu par le chanteur de Guerilla Poubelle et reflétait une éthique punk à laquelle je me sens proche. Y étaient proposés des produit des groupes présents; et de ceux du label Guérilla Asso (Vinyles, Cds, T-Shirt, badges, patchs), mais aussi des Fanzines et des brochures politiques (notamment l’envolée).

Le concert de soutien est une action « traditionnelle » du mouvement punk. Ces concerts ont pour but de soutenir financièrement et symboliquement une cause ou une action. Ici, par leur travail, les musiciens des trois groupes ont permis au Zinor de collecter de l’argent, nécessaire à la survie du lieu.

… et je suis retourné voir le concert d’Heavy Heart. Ils prirent la parole entre deux morceaux pour rappeler l’importance de lieux comme le ZINOR comme soutien des scènes punks. Cette pratique du discours politique en plein concert est courante dans la scène punk et fut répétée par le groupe suivant.

Le dernier concert fut l’occasion pour moi de faire une expérience, celle de la typologie. Je voulais essayer de tipifier les expériences vécues dans le pogo. Quelques biais sont à prendre en compte : les groupes précédents ne comptaient pas de mosh-pitteur-euse-s. la moyenne d »âge des participant-e-s m’a semblé jeune, entre 17 et 23 ans (à lier avec les textes du groupe tête d’affiche ?).
Ainsi, le pogo a comporté entre 6 et 15 personnes. Il n’a compté que deux femmes, qui sont venu au moment où Till (chanteur du groupe Guerilla Poubelle) a fait un discours préconisant l’abolition des inégalités de genre. Le pogo comptait deux bousculeurs, individus agissant seul, faisant de grands gestes et privilégiant bousculer le pogo que ceux qui pogotent. C’est sur ces deux hommes, l’un plus grand et costaud que moi, l’autre plus petit, que s’est focalisée mon attention, car ils n’était justement pas dans le pogo. Ils ont créé autour d’eux un espace pour faire des grands gestes (comme à un concert de BeatDown) et mettre des coups dans le vide. Leur rapport avec le pogo était drôle : ils s’en écartaient pour danser, puis se ré-intégraient dans le pogo comme pour le bousculer, faire tomber la masse d’individus que compose le pogo. Je me suis fait éjecté à leur contacts à une reprise. Je suis sorti prendre en notes mes impressions.

Le concert se termina alors que j’étais dehors. Je profitais d’une éclaircie pour enfiler pour kway et partir avant que la pluie ne retombe. Ce concert m’a fait beaucoup de bien. Merci le ZINOR

Le site du Zinor
Fb Zinor

Retrouvons les groupes sur Bandcamp
Guérilla Poubelle // Heavy Heart // Nobody’s Fault

 

1Il me semblait du même groupe affinitaire car ils parlaient ensemble


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search