« Je suis un homme, je vais mourir, mais pas tout de suite »

« rage », « teigneux »,  « guerrier », « il finissait toujours par voir les choses sous l’angle de la colère », sont les mots des témoignages qui ouvre le documentaire sonore consacré par France Culture à Mano Solo.

Les thèmes de la maladie, de la déviance, « toute cette catégorie de gens qu’on voit tout pourris » et de la famille « son père [Cabu] lui donnait des leçons de moral « nous on a essayé de changer le monde et toi ta génération regarde le punk c’est négatif tout ça » forment le fil rouge du reportage.

Le punk, « j’adore cette musique, musique essentielle. Moi j’ai toujours révé d’être chanteur dans un groupe de punk (…) je me sens proche de ce que j’aimais quand j’avais 15 ans et que j’étais punk » raconte Mano Solo dans une interview de 2001. Bond dans le temps, c’est « son plus vieux pote » qui témoigne de leurs soirées au Gibus vers 15-17 ans à prendre des amphétamines et pogoter. C’est la rue du Paris Apache et des bagarres de bandes « fallait passer son temps à courir« . »Le truc qui faisait qu’on se sentait bien c’était la musique« . Alors tous les soirs, ils cherchent les concerts gratuits ou entrent par effraction dans les salles. « On s’est retrouvé dans la rue parce qu’on était poète », en rejet des normes et d’un monde jugé trop dur.

 

« Y’avait toujours un punk dessiné dans un coin, y’avait des rats, y’avait des bites« . Mano Solo est dessinateur et peintre. « Les tableaux c’était que des têtes de mort, des trucs sanguinaires, c’était Mano Solo. (…) C’était invendable« .   Il découvre  qu’il est séropositif, ça le met « dans l’urgence« . Il investit la musique. Dans les années 1990, « je l’ai vu s’épanouir artistiquement« . Il signe chez une major, Warner, se brouille avec son groupe la Marmaille nue, nom qui devient le titre de l’album, et prend le nom de Mano Solo. « J‘avais plus envie de dire ce que j’avais à dire plutôt que faire de la musique en vérité« . Il ne joue pas du rock car c’est une musique « qui lui tape sur le système » parce que ce sont des convaincus qui parlent aux convaincus. Lui, il veut se faire écouter par les grands-mères qui regardent La chance aux chansons.

 

Il garde de forts contacts avec ses relations amoureuses passées, certains y voient un harem, d’autres la volonté de se construire un cocon familial. A 40 ans, il renoue une relation avec son père. La maladie et son père sont les deux sujets sur lesquels le questionnent le plus les média.

« J’ai tout essayé, j’ai peint, j’ai hurlé« . Le documentaire se finit par son enterrement et les visites de sa tombe au Père Lachaise. « C’est une tombe très colorée, un peu en bazar« .


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search